mardi 14 janvier 2014

Festival du court-métrage de Fréjus





Préparation du  17ème festival du court métrage de Fréjus

M. Jérôme Réber, un des membres du festival, est venu au lycée  présenter les films en sélection aux TL et POBM de Mme Braun. Il a expliqué aux élèves le rôle de jury, et a apporté aux élèves des clés pour réfléchir sur ces films. 

FESTIVAL 2014 : le vendredi 10 janvier 2014

Les TL et les POBM ont participé en tant que classe Jury. Les terminales logistiques participent à cet événement pour la deuxième année consécutive. Cette année le président du Jury est Yves Boisset, le réalisateur de Dupont Lajoie ou de l’affaire Seznec.
La sélection Hermès portait sur un thème assez large : Pourquoi pas ?
Ensuite les élèves des différentes classes ont échangé avec les organisateurs. Ces derniers ont précisé ce qu’était un court-métrage.

Après la délibération et l’annonce des résultats : le prix jeune a été remis au film Clean de Benjamin Bouhana.

           


Après les traditionnelles séances photos avec la presse, les élèves ont obtenu une interview exclusive d’ Yves Boisset, dont ils ont fait le compte-rendu. 

Crédits photos : Véronique Grandjacques et Florence Braun


            


 



 







TL : Vos films sont engagés politiquement (RAS, l’Attentat…). Pourquoi ? Est-ce lié à votre vie personnelle?
Yves Boisset : Engagé ? Je ne sais pas s’ils sont engagés, c'est souvent des films qui sont en rapport avec des problèmes d'actualité. Je pense que ce sont des films plus de gauche que de droite… Mais ce sont avant tout des films humanistes qui sont confrontés à l’injustice, la dictature, à la violence et l'excès de pouvoir. Et c’est presque toujours quelqu’un qui lutte pour la vérité, la justice. Quand on essaye de se battre pour la  justice en générale ça se termine toujours mal.
TL : Selon vous qu'est-ce qu'un bon court métrage ?
Y. B. : Déjà un bon court métrage c'est un bon film qui est déjà moins long qu'un long métrage. Tout d'abord un court métrage c'est un film qui raconte une histoire intéressante avec de l'émotion où les sentiments sont les même que dans un long métrage.
TL : Quel est le meilleur souvenir d’un  film que vous avez fait récemment ?
Y. B. : j’ai tourné il y a deux ans « l'affaire Salengro » et je pense que c’était un moment émouvant, parce que Bernard Pierre Donnadieu était très malade et le tournage du film a été vraiment son dernier bonheur sur cette terre : il était transfiguré. Il avait un caractère de cochon mais il était formidable car c’était un homme qui vivait dans un combat perpétuel pour la vérité et pour moi c'était un grand souvenir de tournage.
Propos retranscrits par Stéphane Bertaiola et Anthony Morghese TL


Crédits photos : Véronique Grandjacques et Florence Braun
Les élèves ont ensuite échangé avec l’ancien gagnant de l’année dernière : Arnaud Sadowski  pour son film Her name is crazy. Son court-métrage se transforme cette année en long métrage et va devenir : les aiguilleurs du hasard, film qui se tourne à Fréjus.          




Interview d’ Arnaud Sadowski d’« Her Name is Crazy »

1ère manifestation de l’année, le festival du court métrage de Fréjus est devenu, au fil des éditions, un rendez vous incontournable de l’est Var. Et cette année, Arnaud Sadowski ; le gagnant avec son film de l’année dernière pour « Her Name is Crazy » (réalisé avec Loïc Pallard) répond à nos questions.

TL : Est-ce que ce prix vous a apporté quelque chose, vous a encouragé à continuer dans le cinéma ?
Arnaud Sadowski Oui car maintenant j’ai écrit et réalisé « Les Aiguilleurs du Hasard », la version longue de « Her Name is Crazy » qui sera tourné à Fréjus et sortira en 2015. Les producteurs me font plus confiance. D’une certaine manière quand vous êtes récompensé pour le travail que vous avez fourni, ça vous encourage à continuer.
TL : Comment vous est venue l’idée de ce film « Her name is crazy » ?
A. S. : Le film « Her name is crazy » nous est venu avec Loic Pallard  sur un coup de tête à Las Vegas. (NDLR durant un salon sur le cinéma)  Au début le film devait être un polar mais rapidement on s’est aperçu que ça ne correspondait pas et on a écrit une autre histoire en 3 jours.
 
TL : Ne pensez vous pas que la version longe va être moins bonne, perdre de sa force ?
A. S. : Je garantie que la version longue ne sera pas « chiante » car elle sera basée sur « Crazy » mais on introduira de nouveaux personnages.

TL : Comment faites-vous un film ?
A. S. : Pour un film il faut surtout une bonne histoire et une bonne mise en scène. On peut maintenant en numérique tourner avec de simples appareils photos, ainsi j’ai pu filmer certaines scènes à Las Vegas.

TL : Quelles sont les difficultés ?
A. S. : Les difficultés sont qu’on n’avait pas énormément de moyens. Le numérique ne limite pas les plans, les prises comme c’était le cas avec la bobine ou l’on avait un budget que pour 4 bobines. Mais il faut un minimum de budget pour avoir des comédiens, des techniciens…

TL : Avec qui aimeriez-vous tourner ?
A. S. : Grâce à « Her Name is Crazy », j’ai rencontré au festival du court métrage à Fréjus Julie De Bona (actrice française qui a joué dans Indigènes, Camping 2 et Né quelque part), Elle  sera  son actrice principale pour « Les Aiguilleurs du Hasard ».



Propos retranscrits par Mathieu Guibert,  Rémi Montijano, et Audrey Robino TL




Interview d’un élève du  B.T.S  de l’image et du son du lycée Carnot de Cannes

   Quels sont les métiers préparés dans cette école ?  Les métiers dans ce lycée sont tous les métiers de l’audio-visuel et sonore. 
    Quel est votre préférence sur les nombreux métiers proposés ? : Ma préférence va pour le métier d’opérateur camera.
      Avec quel réalisateur aimeriez-vous travailler ? Je ne peux pas faire mon choix. C’est difficile car il n’y a pas beaucoup de place. Je serais déjà très heureux d’avoir la chance de travailler sur un vrai plateau de tournage.
        Comment fonctionne un plateau de télévision ? Il y a plusieurs étapes pour préparer un tournage : il y a la visite du plateau par les techniciens puis la préparation du matériel, la mise en place sur le plateau et après il y a ce qu’on appelle « l’exploitation » C’est le tournage des séquences.
     Quelles sont les choses que vous allez faire au court métrage de Fréjus ? Moi, comme tous mes camarades, nous allons faire de la pratique, faire ce qu’on voit en théorie en pratique. C’est l’occasion d’avoir de l’expérience et une chance de peut être nous faire remarquer par des réalisateurs ou des producteurs.
      Que pensez-vous des festivals comme celui de Fréjus ? Le festival de Fréjus est un petit festival ce qui permet de rencontrer les personnes en vrai et l’ambiance est bonne enfant. C’est un réel plaisir de venir à Fréjus pour travailler.   

Par Illan Darmon de POBM



                                       REMISE DES PRIX

Le soir, deux élèves, Niu Hautaulu de TL et Illan Darmon de POBM sont venus remettre le prix au réalisateur gagnant. Après la projection, Ils sont montés sur la scène et Niu de TL a prononcé le discours,  élaboré dans l’après midi,  de remise du prix jeune à Benjamin Bouhana devant une salle comble.



Crédits photos : Véronique Grandjacques et Florence Braun

L'avis du Jury sur
les courts-métrages 



Welcome to china, réalisé par Olivier Ayache Vidal, Durée (20’)

Ce court métrage est une comédie



Gad doit faire un choix entre passer un casting ou inaugurer un karaoké en Chine, cependant ce sont deux gros contrats. Gad décide donc d’envoyer son frère Arié en se faisant passer pour lui.

Tout d’abord le scénario est correct car l’idée de « pourquoi pas… mentir » est là : usurpation d’identité. La situation initiale est drôle car Gad doit faire le choix entre deux gros contrats et Gad hésite à envoyer son frère alors qu’ils ne se « ressemblent pas du tout ». La bascule est drôle et étonnante car la traductrice dévoile à Arié sa supercherie ;  il se sent bête c’est le moment comique du film.

Ensuite le jeu des acteurs est bien : Arié dans le rôle principal est très drôle ainsi que la traductrice chinoise. Le seul reproche est pour Gad ;  même s’il n’était pas le personnage principale il manque son comique. 

Enfin la bande son est originale : « petit oiseau » ainsi que le générique de fin sont très très drôles.
Les plans larges lorsque Arié est à l’hôtel sont superbes et le travelling lorsqu’il est dans le taxi sont bien faits, on y voit l’immensité de la Chine.

Dans l’ensemble le film est plutôt bien même s’il est long à démarrer (la première scène de Gad et Arié est longue). Une fois arrivé en Chine on peut voire le jeu d’Arié qui est très comique.

Dans l’ensemble le film est plutôt bien même s’il est long à démarrer (la première scène de Gad Rémi Montijano, TL




Welcome to China  d’ Olivier Ayache-Vidal

Genre : comédie 

Synopsis : Gad Elmaleh a été engagé pour l'inauguration d'un karaoké en Chine, mais la date de l'arrange pas. Il demande donc à son frère Arié de prendre sa place...

Mon avis :
Tout d'abord j'ai beaucoup aimé ce court métrage. Il y a un bon rythme, et beaucoup de plans différents de la France et la Chine.

Ensuite, le jeu des acteurs est bon, bien qu'il y en ait peu. Mais j'ai trouvé qu'on ne voyait pas beaucoup Gad Elmaleh.

Enfin, la chute est très intéressante, on ne s'y attend pas. Il y a plusieurs quiproquos inattendus. Le frère de Gad apprend qu'il aurait du gagner 500 000 € et non 100 000 € comme celui-ci lui avait dit. (Il lui a promis 50 000€ pour le remplacer !) Le patron du club, où le frère de Gad a été en se faisant passer pour lui, était au courant que ce n'était pas Gad Elmaleh mais son frère Arié.

Conclusion :
J'ai trouvé ce court métrage bien fait, avec de bons plans, un bon jeu d'acteur et une histoire intéressante et amusante.



Morgane Chardon TL

 Les Lézards
        Vincent Mariette   
Le genre: Comédie  
 
     Un homme donne rendez  vous à une fille croisée sur internet. 
De rencontres étranges en révélations vaporeuses, nos deux héros attendent fébrilement 
l’hypothétique venue de la mystérieuse inconnue.      

     Je trouve que ce court- métrage manque un peu d'action et de rythme bien que l'histoire soit assez intéressante: L'endroit est insolite (hammam) et les personnages tous plus étranges les uns que les autres.         Je trouve que le jeu des acteurs est assez intéressant au niveau de la métaphore avec les lézards (animal): les deux hommes sont en "chasse" à la recherche d'une femme (femelle). L'homme est comparé à un animal.   Mais malheureusement je trouve le dialogue très lent ainsi que la réalisation extrêmement lent ce qui fait qu'on s'ennuie très vite.       

     Pour conclure je trouve que le court-métrage "les lézards" est un film très lent qui mérite la 

plus grande attention du public mais qui possède une histoire ainsi qu'une métaphore 

intéressante.      


 Anthony  MORGHESE TL



Les Lézards  


Synopsis: Accompagné de son pote Bruno, Léon patiente dans ce hammam où il a donné rendez-vous à une fille croisée sur Internet. De rencontres étranges en révélations vaporeuses, nos deux héros attendent fébrilement l'hypothétique venue de la mystérieuse inconnue.

Mon avis  Cette comédie n'est pas exceptionnelle, ou ne plaira pas à tout le monde à cause de son rythme et ses dialogues lents et sans grand intérêt. Le titre est une métaphore du film, tel deux lézards, les héros ont « deux de tension ».

Tout d'abord, le film est en noir & blanc ce qui rend  un jeu de contraste très bien travaillé, entre les murs blancs du hammam et les acteurs poilus.

Mais quant à passer quinze minutes devant les mêmes scènes qui se ressemblent, avec un rythme aussi lent et lourd, cela n'est pas pour moi.

Ensuite, le scénario n'est pas bien bâti, on ne sait rien sur les personnages, on ne se souvient même pas de leurs prénoms. Ces deux personnages ne m'ont pas plu, tellement las: on pourrait croire que les acteurs ne prennent pas de plaisir à jouer; même s’ils jouent le rôle de types «blasés».

La scène qui m'a marqué est sûrement celle de la chute, une belle fin où le héros à un coup de foudre pour une femme du hammam.

Malheureusement, je ne conseillerai pas ce film.


Nicolas PEDRETTI P.O.B.M


Clean
Réalisateur français :  Benjamin Bouhana     Genre : Comédie
Synopsis : Eric, la trentaine a un petit souci. Un flacon à la main il cherche de l’aide, après avoir demandé sans succès autour de lui .Il part en quête de celui qui le rendra clean.
Tout d’abord, le scénario est de très bonne qualité,  très comique.
Ensuite, les acteurs sont très bien joués avec le personnage de Laurent Lafitte qui est bien extravagant avec des scènes énormes comme celle avec sa sœur ou il attrape un de ses amis et l'appelle " Bob l'éponge», puis la scène avec la grand mère.
Enfin, dans le court métrage il y a une musique très appropriée aux plans qui se passent « time to go » alors que le personnage passe son temps à courir, car il recherche une personne pour remplir son pot.
Donc dans ce court métrage il y a beaucoup de « bons points » : très hilarant, bon scénario et chute comique.

Stéphane Bertaiola  TL


Clean

Ce film réalisé par Benjamin Bouhana,  dure 10 minutes et est une comédie.

Un homme doit passer des examens pour son travail et doit remplir un petit flacon, mais tout ne va pas se passer comme prévu…

Ce film est étonnant mais tellement captivant. J’ai adoré ce film pour son histoire plutôt décalée et pour le jeu des acteurs. Laurent Lafitte joue extrêmement bien son rôle. (NDLR il est pensionnaire de la Comédie française).
En 10 minutes de film on n’a pas le temps de s’ennuyer. On a même droit à du suspens, quand on voit qu’il n’arrive pas à remplir son petit flacon, et on se demande si oui ou non il va y arriver.
Le film et les plans sont très bien réalisés, avec beaucoup de plans d’ensembles et quelques plans rapprochés. La musique est plutôt entraînante ce qui permet de bien rester plongé dans le film, qui se passe le temps d’une journée.

Pour conclure ce film est excellent que se soit par l’histoire que par le jeu d’acteur.

Mathieu GUIBERT TL



Clean


Réalisé par Benjamin Bouhana, c'est un film français.

En cette journée d'automne, Éric, la trentaine, a un petit souci. Un flacon à la main, il recherche désespérément de l'aide. Après avoir demandé sans succès autour de lui, Éric part en quête de celui au celle qui pourra le rendre clean.
Clean est un film comique. 

Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé le scénario, le rythme est rapide et efficace, après que sa femme lui ait dit non, il court dans toute la ville pour trouver de l'urine mais ne trouve personne. Il apprend que sa sœur et sa grand-mère fument de la drogue. La fin du film est une chute très bonne : en rentrant chez lui, il trouve le flacon plein d'urine de sa femme qu’il donne à l'examen (NDLR il est steward et doit être contrôlé régulièrement), il apprend que sa femme est enceinte et  se fait démasquer.

Ensuite les dialogues sont plutôt familiers, surtout Éric. Quand il va voir sa sœur au lycée, il apprend qu'elle fume et commence à s'énerver contre elle. Le copain de sa sœur essaie de la défendre mais Éric le «frappe» en la traitant de « Bob l’éponge ».

Enfin, il y a de bons mouvements de la caméra, beaucoup de travellings, surtout quand Éric court dans la ville.

Quand Éric va voir sa grand-mère pour lui expliquer qu'il va être viré à cause de la drogue et lui demande de l'aide, sa grand-mère revient avec le flacon remplit d’herbe !!.

J'ai vraiment adoré ce film, un mélange de comédie et « d'aventure».


Baptiste MOREAU,  POBM



Suzanne
 Wilfried Méance
Genre : comédie dramatique 

Genre : comédie dramatique
Synopsis : Suzanne, une pensionnaire dans une maison de retraite, elle a une histoire d’amour avec un autre pensionnaire, Léon. Elle meurt.

Mon avis :
 Le scénario  C’est l’histoire émouvante de Suzanne, une pensionnaire dans une maison de retraite qui a une histoire d’amour avec un autre pensionnaire, Léon. Elle meurt. Son fils vient la chercher pour une sortie. Mais dans l’ignorance il ne se rend pas compte qu’elle est morte. Personne de sa famille, son fils ou sa fille ne semble s’inquiéter de l’état de Suzanne. De retour à la maison de retraite, le fils de Suzanne croise le fils de Léon qui l’a aussi ramené et dans une courte discussion, ils disent que les deux ont « dormi » toute la journée. La chute est terrible car on se rend compte que Suzanne et Léon sont morts.

Le jeu des acteurs à le jeu est très réaliste, de très grande qualité. Le fils de Suzanne (Dominique Pinon) joue très bien le fils indécis avec sa femme (Anne Loiret) qui joue la belle fille sordide envers sa belle mère. La fille de Suzanne (Edith Le Merdy) et son mari (Sam Karman) font le couple jaloux.

Réalisation à Je trouve que ça été très bien tourné avec un beau travelling (quand le fils ramène Suzanne à la maison).  Avec en plus de beaux plans et des champs contre-champ (lors des discussions « animées » du repas de famille).

Conclusion :
J’ai beaucoup aimé ce court métrage car l’histoire me touche personnellement surtout le comportement de la famille envers Suzanne.


Niu Hautaulu TL


Suzanne 2013, France


Aujourd’hui la vie de Suzanne va basculer à tout jamais. Personne dans sa famille ne sait que Suzanne est dans un profond sommeil et qu’elle ne se réveillera jamais. Tout le monde fait comme si tout allait bien dans leur quotidien. Ça va jusqu’au manque de respect vis-à-vis de Suzanne qui pour eux ce n’est qu’un légume dans un fauteuil roulant. 

Mais bien avant nous découvrons cette vieille dame amoureuse d’un autre pensionnaire de la maison de retraite. Tous les deux ont une idylle presque parfaite jusqu’au jour où ils sont séparés. Suzanne a une grande douleur dans la poitrine et elle s’arrête de respirer. Mais personne ne se rend compte de la réalité.

Enfin ce film est d’une très grande puissance émotionnelle. Ce film est magnifiquement tourné par le réalisateur et joué par ses acteurs. Il a une morale qui nous rappelle que l’on a que deux parents !


Illan Darmon, POBM
                                                                          
                  SPLIT TIME        de F. Bracq                                                                                             
                                            
Un homme, une femme, la trentaine.
Séduisants tous les deux, mais surtout rêveurs.
Célibataires, ils se croisent tous les jours un milliard de fois sans se rencontrer, ils sont pourtant faits l’un pour l’autre…

Ce film est une comédie sentimentale qui parle simultanément de l’histoire de deux personnes, qui se croisent et recroisent tous les jours, et pourtant ils ne se rencontrent pas.
Grâce à la prouesse technique du « Split-Screen » l’histoire prend tout son sens.
Un film touchant mais surtout intéressant !
Nul besoin de paroles pour entrer dans leur vie…

« ZOOM » sur le Split-Screen : c’est est une technique de tournage qui consiste à avoir deux cadres différents sur un même écran.
Il est utilisé dans le cinéma, les clips audio ou encore les jeux vidéo, pour avoir plusieurs angles de vue sur une scène au même moment.

Romain DEBUS  P.O.B.M

AS IT USED TO BE  
[ 9min fr/afri 2013]

 

Dans un futur proche 2037, le professeur donne des cours par webcam aux élèves qui n’ont plus l’habitude d’écrire sur des feuilles.



Les salles de cour sont désertes jusqu’au jour où le silence est brisé… par une élève qui rentre dans la salle de cour. Ceci redonne le sourire au professeur jusqu’au lendemain … où l’élève revient en cours mais elle n’est plus seule elle revient avec d’autres élèves !


Finalement ce film est touchant et drôle à la fois. Ce film est une perle de réussite.
 

Illan Darmon  POBM









1 commentaire:

  1. Merci aux élèves pour leur belle participation, leur interview d'Yves Boisset (très accessible et passionnant), leurs critiques.
    Bravo aux élèves Nui et Illan pour leur participation à la remise des prix le soir au Forum. Journée exceptionnelle!.
    F. Braun

    RépondreSupprimer