vendredi 15 février 2013

Présentations et critiques de la "Soif du mal"

Les élèves de la première logistique ont vu le deuxième film du dispositif  "Lycéens au cinéma" : La soif du mal d'Orson Welles.

Ce film est sortie en 1958 aux USA sous le titre : TOUCH OF EVIL
Durée : 1h35
Réalisé par Orson Welles,
Genre : Thriller, Policier
Avec : Charlton Heston, Janet Leigh, Orson Welles, Marelène Dietrich

Biographie : Orson Welles, est né le 6 mai 1915 dans le Wisconsin et mort le 10 octobre 1985 à Hollywood en Californie. C'est un artiste américain, à la fois acteur, dessinateur, écrivain, prestidigitateur, producteur, réalisateur et scénariste.

D'abord révélé à lui-même par le théâtre de Shakespeare puis devenu célèbre par une émission de radio (la guerre des mondes), Orson Welles devient une figure incontournable du cinéma dès son premier long-métrage, Citizen Kane, que l'ensemble des critiques considère comme l'un des films les importants du XXème siècle.


Synopsis : L'explosion d'une bombe dans le secteur américain de Los Robles, petite ville frontalière entre les États-Unis et le Mexique fait craindre des complications entre les deux pays.
Le policier mexicain, Mike Vargas, alors en voyage de noces, décide de s'investir dans l'enquête et découvre les méthodes peu recommandables de son homologue, Hank Quinlan. Vargas et sa femme se retrouvent pris au piège entre une police locale corrompue et les gangs locaux.
                                                                                                                                    Mathieu Guibert 

Synopsis:
A la frontière américano-mexicaine le couple VARGAS alors jeune marié s’apprête à aller boire un verre quand une explosion eu lieu. Hank QUINLAN le policier charismatique de la ville ainsi que le procureur et d'autres personnages importants se mettent à enquêter.
Mike VARGAS va mettre son nez dans cette affaire en s'apercevant que QUINLAN est ripoux alors que sa femme pendant ce temps a de gros problèmes avec une bande mafieuse mexicaine.

Critique:
Le film est un polar noir. Le film est une grande réussite même s'il parait banal pour notre époque. Avec peu d'argent et de moyens techniques Orson Welles a réussi à faire un grand classique du cinéma.
Les thèmes abordés étaient choquants pour l'époque notamment en évoquant le sujet des policiers corrompus et du racisme envers les mexicains.
On remarque le son «in» car on voit le piano jouer, la musique accompagne le rythme du film suit la musique (plus la musique va vite, plus il y a de plans, plus le rythme de la séquence est rapide).
Le jeu de lumière était très développé pour un film en noir et blanc. Par exemple il y a une séquence ou la lumière est utilisée de face avec la lampe torche et montre que la femme était une proie. Il y a aussi les clignotements lumineux au début qui rappellent le son: comme le tic tac d'une bombe.
La ville fait partie de l'histoire car c'est la frontière: il y a le coté américain ou «tout est beau» et le côté mexicain ou c'est la «misère».
La fin de l'histoire a un gros rebondissement car Sanchez avoue le crime alors que VARGAS s'est démené pour obtenir l'innocence de celui-ci: c'est un peu le coté touchant du film la fin laisse une image d'un homme qui s'est battu pour rien.
                                                                                          Rémi Montijano

Synopsis :
L'explosion d'une bombe dans le secteur américain de Los Robles, petite ville entre les États-Unis et le Mexique fait craindre des complications entre les deux pays. Le policier mexicain, Mike Vergas, en voyage de noce, décide de s'investir dans l’enquête et découvre les méthodes peu recommandable de Hank Quinlan son homologue. La femme de Vergas se retrouve pris au piège entre la police et les gangs.

Critique :
Tout d'abord je n'ai pas aimé ce film, j'ai trouvé le rythme lent contrairement au film de nos jours car il y a beaucoup moins de plans que dans les films récents (ici 400 plans pour 4000 de nos jours, plus il y a de plans plus le film a l'air rapide). Le sujet est banal, il n'y a pas trop d'action ni de suspens. Je n'aime pas les films sombres et ce qui arrive à la femme pendant son voyage de noce: Elle est kidnappée, droguée, elle est accusée de meurtre.

Ensuite, ce film montre deux visions de la justice différente d'un coté celle de Vargas qui respecte les lois et les applique et de l'autre Quinlan, prêt à tout, qui falsifie et achète des preuves pour pouvoir résoudre cette enquête. Tout n'est pas si simple : Vargas délaisse sa femme, et se bat violemment au mépris de la loi. Quinlan, peut paraître sincère avec Tana qu'il affectionne.
Enfin, Quinlan perturbé par la mort de sa femme, est dépendant à l'alcool. Il sombre peu a peu dans la dépression et la violence. Vargas est tellement obsédé par son enquête qu'il va délaisser sa femme pendant son voyage de noce aux mains des mafieux.

Le film joue beaucoup avec la lumière et plus les personnages deviennent inquiétants, plus la lumière s’obscurcit. Le réalisateur joue beaucoup avec la lumière qui clignote. Le bruit aussi est amplifié pour montrer que ce n'est pas réel, que c'est un film.
 Morgane Chardon

Critique
Dans le film d’Orson Welles la soif du mal certains aspects de l’histoire ne m’ont pas plu.
Tout d’abord il y a la scène ou Susan Vargas se fait emmener dans un hôtel miteux par son mari Vargas au moment de leur voyage de noces. Puis elle se fait injurier et droguer par des malfrats alors qu’elle n’a rien à voir dans l’histoire.
Je n’ai pas du tout aimé les scènes de bagarres qui pour moi étaient très mal réalisées.
Ensuite il y a les gros plans de Quinlan qui sont très très désagréables à voir, car il était gros et laid. Mais je suis bien consciente du travail que l’acteur Orson Welles a du faire pour arriver à cette métamorphose. Le personnage Vargas était lui agréable à l’écran, toujours bien habillé et coiffé mais pas toujours très subtile avec sa femme en la laissant seule pendant leur voyage de noces.
Drucilla Gies 


Compte rendu de l' intervention de Pascal Génot
Pascal Genot est venu faire une intervention dans notre classe.
La soif du mal d' Orson Welles est un grand film et fait partie des grands classiques du cinéma.

Nous avons parlé des scènes qui sont dans le film et rappelé les définitions d'un plan et d'une scène et d'une séquence. Cela nous a permis de parler de la différence des rythmes au niveau des scènes. Dans «La Soif Du Mal» il y a environ 400 plans et dans les films les plus récents il y a entre 3500 plans et 10 000 plans pour les films les plus rapides. A l’époque le film était rapide pour les spectateurs contrairement à nous qui trouvions que le film était très lent.

Les personnages:
Les acteurs principaux sont de grandes stars du cinéma à l’époque :
  • Charlton Heston qui joue le rôle de Vargas, un policier mexicain
  • Orson Welles qui joue le rôle de Quinlan, un policier américain
  • Marlène Dietrich qui joue le rôle de Tana, ancienne compagne de Quinlan
  • Janet Leigh qui joue le rôle de Suzanne, la femme de Vargas

La différence entre les deux policiers:
Vargas (le policier mexicain) est le bon policier, celui qui à une haute idée de la justice, il est intégré. Mais vis à vis de sa vie privée, il se comporte en aveugle envers sa femme qu'il délaisse sans se soucier de ses problèmes, de ses inquiétudes.

Quinlan (le policier américain) est le policier qui à première vue est antipathique, prêt à tout pour trouver le coupable, notamment créer des preuves fabriquées de toutes pièces. Mais il y a des éléments qui le rendent plus humain. Il a pris une balle pour sauver son coéquipier, il a un traumatisme : il n'est pas arrivé à trouver le meurtrier de sa femme tuée il y a 30 ans.

Les deux policiers ne sont pas « tout blanc, ni tout noir ».

Niu Hautalau

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire